Les efforts mis en place pour la réduction du carbone


Le programme Clean Advantage compense automatiquement le dioxyde de carbone et d’autres émissions de gaz à effet de serre (équivalents de dioxyde de carbone ou CO2 ) en investissant dans une large gamme de différent projets, tels que le reboisement, les énergies alternatives, la biomasse, et d’autres projets à la fois localement et a l’international. Ces projets sont susceptibles d’être modifiés au cours de l’année en fonction du prix du pétrole et autres facteurs. En plus de ces projets, nous travaillons avec la Fondation Arbor Day pour planter des arbres et soutenons leurs projets certifiés de réduction de CO2. Ensemble, ses investissements et partenariats nous permettent de fournir facilement une solution durable pour votre entreprise, vos employés et votre communauté.

Le District administratif Leipzig – Reboisement, Allemagne:

Un ancien site utilisé pour l’extraction du charbon, le district administratif de Leipzig en Allemagne est entièrement dépourvu d’arbres et de sa forêt naturelle. Le travail effectué par the Arbor Day Foundation (la Fondation de la Journée de l’Arbre) pour replanter ces terres protégera en fin de compte le bassin hydrographique de la région entière.

Projet Lohberg 1/2 – Captage de méthane gazeux des mines de charbon – Dinslaken, Allemagne :

Projet Lohberg 1/2 – Captage de méthane gazeux des mines de charbon – Dinslaken, Allemagne :
Ce projet permet le captage de gaz provenant des puits désuets 1 et 2 de la mine Lohberg à Dinslaken. Le méthane ainsi capturé sert à la génération d’énergie, totalisant 8,148 MW. Cette énergie est utilisée pour alimenter le réseau public.

Projet photovoltaïque raccordé au réseau d’Angli à Lingwu dans le Ningxia, Chine:

Le projet générera de l’électricité en utilisant l’énergie solaire photovoltaïque (PV) renouvelable au réseau de NWPG en remplacement de l’électricité équivalente générée par les centrales à combustible fossile reliées au réseau de NWPG. La capacité du projet terminé sera de 39 MWp (15 792 modules solaires avec 190 W de capacité chacun, 150 264 modules solaires avec 235 W de capacité unitaire et 4 280 modules solaires avec 240 W de capacité) et permettra de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Le projet prévoit de produire 54 000 MWh d’électricité par an, ce qui contribuera à la réduction des émissions de GES en remplaçant une partie de l’électricité produite par NWPG. Le facteur de charge du projet est de 15,67 %. Le projet permettra des réductions d’émissions de gaz à effet de serre (GES) en supprimant l’électricité équivalente fournie par NWPG, qui est principalement produite par les centrales électriques à combustibles fossiles. Les réductions d’émissions annuelles estimées sont de 48 402 tCO2.

Projet Ecomapuá Amazon REDD – Île de Marajó, Brésil :

Ce projet touchant la région de l’est de l’Amazonie au Brésil permettra d’éviter la déforestation de 4 253,14 hectares et devrait réduire 30 024 tCO2e d’émissions d’ici la fin de 2018 et 1 432 278 tCO2e sur les 30 ans de durée de vie du projet. Les résidents de la zone visée par le projet dépendent grandement des ressources naturelles qu’elle contient. Afin de contribuer au développement durable de ces résidents, le projet comprend des cours sur la manière de gagner sa vie sans extraire le bois indigène.

Projet de cogénération de 24 MW à base de biomasse à Xinxiang dans le Henan, Chine :

Le projet de cogénération de 24 MW à base de biomasse à Xinxiang dans le Henan est situé dans le comté de Huixian de la ville de Xinxiang, province du Henan, en Chine, et a été mis en œuvre par Xinxiang Tianjie Bio-Power Generation Co., ltée. Le projet consiste à installer deux centrales de cogénération de 12 MW à base de résidus de biomasse. La production d’électricité devrait s’élever à 126 709 MWh/an fournis à Central China Power Grid, la génération de chaleur à 909 200 GJ/an, grâce à l’utilisation de résidus de biomasse pour la cogénération de puissance et de chaleur. Le projet ne prétend pas réduire les émissions en raison du déplacement de chaleur. Par conséquent, ce projet permettra de réduire les émissions de GES en remplaçant l’électricité générée par CCPG par celle produite par une centrale de cogénération alimentée par des résidus de biomasse, dont les émissions de CO2 sont plus faibles. En outre, les émissions de CH4 seront réduites en évitant de jeter les résidus de biomasse. En conséquence, on estime que le projet permettra de réduire les émissions de 123 858 tCO2 par an.

Le projet d’énergie éolienne par KMSPL, Bangalore, Inde:

Le projet a été entrepris pour exploiter le potentiel éolien disponible. Le projet a établi un nombre de 49 WTG agrégeant à une puissance installée totale de 38.275 MW. Le projet générera environ 89,92 millions d’unités d’électricité par an, qui seront entièrement vendues aux conseils d’électricité de l’État ou roulés pour la consommation captive. Le projet contribuera à la réduction des émissions de gaz à effet de serre en utilisant des ressources d’énergie renouvelable pour produire de l’électricité qui, autrement, aurait été produite en utilisant du carburant non renouvelable et à forte teneur en carbone commun dans le réseau. Le projet est un projet de terrain vert visant à utiliser l’énergie éolienne pour produire de l’électricité. La mise en œuvre du projet permettra d’atteindre une réduction des émissions de CO2 d’environ 83 350 t par an en remplaçant l’électricité à base de grille qui est principalement générée par la centrale thermique à base de combustibles fossiles dans grille méridionale.

Le projet d’énergie éolienne par TASMA-V2, Tamilnadu, Inde:

L’activité de projet est le regroupement des éoliennes pour produire l’énergie éolienne ce qui implique l’installation de 396 WTGs à Tamilnadu, en Inde, coordonné par Tamilnadu Spinning Mills Association (TASMA-V2). L’objectif du projet est de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de promouvoir le développement durable par l’utilisation des énergies renouvelables (énergie éolienne) pour la production de l’électricité en réunissant un certain nombre d’investisseurs ayant de faibles besoins d’énergie pour investir dans des éoliennes. Le projet génère donc environ 4.559.321 GWh d’énergie et réduit ainsi l’émission de CO2 d’environ 41.73.925 t sur une période de 10 ans. En l’absence de l’activité de projet, la quantité équivalente d’électricité aurait été générée par les centrales connectées au réseau sud, qui est principalement basé sur les combustibles fossiles.

Le projet d’énergie solaire photovoltaïque dans les grilles interactives, Gujarat, Inde:

Louroux Bio Energies Limited (LBEL) a mis en œuvre un projet de 25 MW d’énergie solaire photovoltaïque basé à Village-Sujangadh, Taluka-Muli dans le district de Surendranagar dans Gujarat. LBEL est une entité ad hoc (SPV en anglais) créée spécifiquement pour promouvoir l’initiative d’énergie propre de sa société mère, à savoir Ajanta Overseas Limited (qui détient 99,995% de ses actions). L’électricité produite par l’activité de projet est exportée vers le réseau électrique régional et vendue à Gujarat State Electricity Utility (Gujarat UrjaVikas Nigam Limited) dans le cadre d’un contrat d’achat d’électricité. LBEL a décidé d’utiliser la technologie du film mince pour son projet Gujarat de 25 MW.

Usine éolienne de Killik, Tokat, Turquie:

Le but de Killik WEPP est d’utiliser le potentiel de l’énergie éolienne en Turquie et de compenser les besoins en énergie d’une manière durable, écologique et rentable. PEM Enerji A.Þ. (PEM) propose d’installer Killik WPP avec une capacité de 40 MW dans le district central de Tokat. Killik WPP disposera de 16 turbines éoliennes ayant chacune une puissance de 2,5 MW. Killik WPP sera relié par une ligne de transmission de 15 km à la station de transformation Gobel de 154 kV et l’électricité produite sera fournie au réseau électrique national de la Turquie.

Le projet d’électricité par l’enfouissement des gaz dans Kocaeli, Turquie:

L’objectif du projet est la collecte du gaz d’enfouissement, composé principalement de méthane et de dioxyde de carbone, qui est actuellement rejeté dans l’atmosphère et qui sert comme un combustible de la production d’électricité. L’électricité produite par le projet va alimenter le réseau national et remplacera l’électricité qui serait autrement produite par les centres qui utilisent des combustibles fossiles.

Parc éolien « Vader Piet » – Aruba :

Situé sur la côte est d’Aruba dans les Caraïbes néerlandaises, le parc éolien comporte 10 turbines et a une capacité de production totale de 30 MW. Le parc éolien « Vader Piet » fournit chaque année 126 000 MWh d’électricité au réseau national, supplantant l’énergie provenant de la combustion fossile et en phase avec le virage de l’île vers des sources d’énergie renouvelable. Le parc tire profit du climat venteux de la côte est d’Aruba afin d’offrir une énergie à émission nulle au réseau. Le projet a permis d’installer dix turbines ayant chacune une capacité de 3 MW, pour un total de production de 30 MW. Il apporte de nombreux avantages à la fois à Aruba et au reste du monde. En réduisant la nécessité d’importer l’électricité produite par la combustion fossile, Aruba s’affranchit en partie de sa dépendance face aux sources d’énergie de l’étranger, ce qui renforce sa sécurité et son autosuffisance en matière d’énergie. Le parc éolien contribue également à accroître les possibilités d’emploi et à solidifier davantage l’économie locale en attirant des investissements. Ce projet réduirait les émissions de gaz à effet de serre de 152 783 tCO2e par année.

Projet de plantation sur la route Várvölgy – Pilisborosjenő, Hongrie :

L’association « 2097.hu », un nouveau groupe local formé de citoyens actifs de Pilisborosjenő, un village dans les montagnes au nord-ouest de Budapest, se pose pour objectif de protéger « Várvölgy » (vallée du château), une zone populaire pour les randonnées, la course à pied, les promenades avec son chien et autres activités. Cette route populaire et pittoresque traverse de beaux sites de montagnes et champs de lavande, à part une section d’environ 500 m de long qui reste désertique et entourée de parcelles agricoles. Les fonds de ce programme serviront à financer la plantation d’une allée d’arbres le long de cette section ainsi que des bancs pour la sieste et le tourisme. La réalisation est prévue en 2018 et implique les citoyens locaux. Des familles auront l’occasion d’adopter les arbres plantés ce qui renforcera l’amélioration durable pour leur communauté.

Banisko Arboretum – Restauration de l’arboretum historique d’arbres fruitiers, Slovaquie

Situé au nord-ouest de la ville de Brezno, Banisko Arboretum consiste en un verger historique ouvert au public. Le regroupement des citoyens de Brezno prévoit préserver et améliorer le verger public en revitalisant les vieux arbres fruitiers et en en plantant de nouveaux en vue d’assurer l’entretien régulier de l’endroit. Un arboriculteur supervisera le travail de bénévoles afin de veiller à la réalisation de ces activités. En outre, les bénévoles en apprendront plus sur la manière de prendre soin d’un verger, de protéger les nouveaux plants d’arbres et de protéger le site pour les générations de visiteurs à venir.

Projet de plantation d’arbres et de revitalisation de la végétation – Tvrdonice, République tchèque

Le 4 mai 2018, Okrašlovací Spolek Tvrdonice a planté de nouveaux arbres sur un site appelé Výhonekin Tvrdonice. Des membres de l’association, avec l’aide d’élèves de la maternelle locale, ont participé à la plantation. Les enfants ont adopté les arbres plantés. Au total, sept noyers et deux plants de mousse ont été plantés. On a remercié la fondation de partenariat pour soutien financier, la maternelle de Tvrdonice et les autres bénévoles pour leur collaboration et leur aide dans ce projet important.

Projet de plantation d’arbres et de construction de résidences à Hautes Tatras – Hautes Tatras, Slovaquie :

Depuis 2004, plus de trois millions d’arbres couvrant une superficie de 8 737 hectares ont été endommagés par les tempêtes et par le bostryche typographe, ce coléoptère qui ravage les épinettes à Hautes Tatras. Au cours des dernières années, cet insecte a détruit plus de 2 254 000 arbres sur près de 7 300 hectares. Afin de lutter contre ce fléau écologique et environnemental, ZASAĎ STROM a mis en œuvre le projet de plantation d’arbres et de construction de résidences qui a permis la plantation d’arbres dans les régions les plus touchées à Hautes Tatras. Grâce au partenariat avec Clean Advantage, 1 050 jeunes épinettes ont été plantées en avril 2018. Il est possible de visionner une vidéo remarquable de la plus récente plantation ici. (https://www.youtube.com/watch?v=C4qck7dIqRM&feature=youtu.be)

Projet de reboisement – Podlaskie, Pologne:

Le projet compensatoire de reboisement du nord de la Pologne a été validé par ISO 14064-2 et a pour but de planter des espèces indigènes mixtes sur les terres agricoles abonnées du nord de la Pologne. Cette région n’avait aucun couvert végétal depuis plus de 50 ans. Les secteurs visés par le projet comprennent un total de 4 823 hectares de terres privées post-agricoles en mauvais état. Dans le cadre du projet, 24,3 millions d’arbres seront plantés sur 3 600 hectares. On prévoit ainsi augmenter chaque année les stocks de carbone grâce à la croissance de la biomasse et au carbone organique du sol d’environ 10 730 tC sur plus de 40 ans, soit l’équivalent d’un total approximatif de 429 000 tC. L’élimination annuelle prévue de CO2 découlant de ce projet se chiffre à 37 500 tCO2e, ce qui totalise environ 1 500 000 tCO2e sur la période de comptabilisation de plus de 40 ans du projet. Les avantages connexes de ce reboisement comprennent la création d’emploi en plantation d’arbres et de plantes, la hausse de la rétention hydrologique, l’amélioration de la biodiversité et l’augmentation la résistance de la nature. 

Projet hydroélectrique de Brno Kninicky – Brno, République tchèque :

La centrale hydroélectrique de Kninicky, située dans le réservoir de Brno à Brno-Bystrc, a été conçue en tant que source maximale destinée à compenser la consommation accrue d’énergie électrique le matin et le soir. Il est équipé d’un turbogénérateur vertical avec une turbine Kaplan. Bien que le débit maximum utilisable de la turbine soit de 22 m3/s, il fonctionne de manière optimale au débit maximum utilisable de 17-18 m3/s. La capacité installée de l’usine de 3100 kW est atteinte à des hauteurs de tête maximales.

Projet agricole de plaque propre – Hongrie :

Le programme est basé sur le changement des méthodes de culture du sol, du labour conventionnel encore utilisé aux méthodes de travail de conservation du sol, qui provoque moins de perturbations dans le sol et d’émissions que les formes de labour conventionnelles. Cela comprend les formes de systèmes de labour à impact réduit, où une partie des résidus végétaux doit rester à la surface du sol après la récolte afin de protéger le sol et conserver l’humidité. Ce programme vise également à réduire l’utilisation d’engrais azotés et d’autres produits chimiques en les substituant partiellement par des matières organiques : les engrais bactériens et algaux. L’engrais complexe à base de feuilles d’algues peut remplacer 50 kg de substance active N, ce qui améliore considérablement la stabilité des écosystèmes. Le nombre total de parties prenantes impliquées dans le projet est de 369 dont 234 sont des petits exploitants. La zone sous contrat : 79 249, 6 ha dont 38 225, 8 ha (48,3 %) sont cultivés par des petits exploitants.

Projet solaire Žabčice – Žabčice, République tchèque :

Zabčice est situé entre Židlochovice et Hrušovany près de Brno, dans la partie la plus méridionale de la région de Moravie. C’est un endroit qui présente les meilleures conditions pour la production d’électricité à partir du rayonnement solaire en République tchèque. Le rayonnement moyen total annuel dépasse 4000 MJ/ m2 et il a aussi le plus grand nombre de jours d’ensoleillement. La centrale électrique est dotée d’une puissance de 5,6 MW.

Projet d’énergie éolienne Thera II – Mosonmagyaróvár, Hongrie :

L’activité du projet consiste en l’exploitation de cinq éoliennes et permet de fournir de l’énergie propre au réseau électrique hongrois. Par conséquent, Thera II contribue à la réduction des émissions de gaz à effet de serre en diminuant la production de carbone d’environ 18 000 tonnes et en réduisant les émissions de polluants associés à l’exploitation de centrales thermiques à combustibles fossiles (dont SO2, NOx et poussières dans le scénario de référence/habituel), améliorant ainsi l’environnement local ainsi que le développement durable de la Hongrie.

Réduction du carbone

Lorsque nous réduisons les émissions de votre flotte, nous travaillons et investissons dans des projets qui ont été certifiés pour retenir le CO2 de l’atmosphère. Nous suivons des directives et des protocoles stricts et nous déposons des crédits de carbone certifiés sur un registre public de premier plan.